Confinement, saison 2 : la porte reste entrouverte

Avant toute chose, nous tenons à vous remercier, lectrices et lecteurs, pour votre mobilisation et votre soutien à l’égard de vos librairies de quartier. Merci d’avoir anticiper ce nouveau confinement en venant massivement nous rendre visite durant les deux derniers jours d’ouverture. 
Même si nous pensons que la bataille n’est pas perdue quant à la réouverture prochaine de nos lieux, il nous faut momentanément nous adapter à la situation. 
Contrairement aux mois de mars et avril derniers, nous avons d’ores et déjà l’autorisation de vous donner accès à la librairie pour les retraits de vos commandes. Cela sera donc possible dès demain, samedi 31 octobre aux horaires suivants :

Du mardi au samedi

de 10h00 à 13h00 et de 15h00 à 19h00


Vous pouvez continuer à nous réserver et commander des livres via le site Chez mon libraire mais aussi par mail et par téléphone. La chaîne du livre ne s’étant pas interrompue cette fois-ci, nous continuons à envoyer et recevoir des commandes, même si les délais de livraison seront un peu plus lents que d’habitude.

Pensez à utiliser l’option Message au libraire si vous souhaitez des paquets cadeaux, si vous souhaitez payer vos achats en ligne ou toute autre demande.

Nous vous remercions de votre fidélité et à bientôt

Elsa, Seylan et Sylvain.

Rencontre et lecture avec Maram al-Masri à l’occasion des dix des éditions Bruno Doucey

Samedi 10 octobre à 19h30

Nous voici embarqués dans une aventure peu banale : pour fêter leur dixième anniversaire, les éditions Bruno Doucey avec la complicité de dix de leurs auteur(e)s proposent dix rencontres simultanées dans dix librairies du territoire national. C’est évidemment une immense joie que de pouvoir participer à cet événement, et une joie redoublée puisque nous accueillons pour la première fois la poétesse syrienne Maram al-Masri, auteure emblématique du catalogue, ce qui est, en soi, déjà un cadeau.

Maram al-Masri qui vit en France depuis plus de vingt ans, après une période d’exil et de « non-écriture » incarne aujourd’hui une poésie du quotidien, du combat, de l’amour et de l’émancipation. On peut même dire qu’elle habite la poésie, qu’elle la vit pleinement. Pas moins de sept recueils publiés dans la maison d’édition mais aussi chez d’autres éditeurs, ainsi que de nombreux prix lui donnent une place parmi les grands. Au fil de ses recueils, Maram al-Masri métamorphose et universalise les échos de sa vie et de son cœur qui balance toujours entre Paris et Lattaquié, sa ville natale. Tout comme sa plume qui s’exprime dans les deux langues. Ce sera l’occasion d’évoquer son parcours et ses deux derniers recueils, Une femme à sa fenêtre et Métro-poèmes, tous deux écrits en français, et de s’offrir un moment de lecture bilingue.

Nombre de places (très) limité, merci de réserver

Rencontre avec Dulce Maria Cardoso pour « Eliete, la vie normale » aux éditions Chandeigne

Vendredi 9 octobre à 19h30

C’est l’histoire d’une révolution intime qui se déroule à bas bruit pour Eliete, née au Portugal juste après la révolution des œillets qui fit basculer la dictature de Salazar en 1974. Alors que sa grand-mère perd peu à peu son autonomie, Eliete, mariée et mère de deux filles, va remettre en question la « normalité » de sa vie qui ne la rend pas heureuse et se précipiter dans le monde virtuel pour en goûter autant la puissance que la solitude et la désillusion. Pour autant, c’est avec altérité et dignité qu’Eliete observe son monde et tente de comprendre ce qui l’a rendue invisible. C’est aussi parce qu’elle assiste à la disparition de la mémoire de sa grand-mère qu’elle dresse le portrait de 4 générations de femmes dont les conditions de vie se percutent les unes aux autres.

En remarquable chef d’orchestre d’une symphonie intime et populaire, Dulce Maria Cardoso, mène tambour battant cette métamorphose dans laquelle résonnent tous les obstacles que l’Histoire récente du Portugal a infligé à sa population. Eliete en est l’héroïne romanesque par excellence, magnifiée par sa quête de sens, son intuition aiguisée et son intelligence toujours juste. Dulce Maria Cardoso nous emmène dans le labyrinthe de cette destinée avec tant de précision et d’humour qu’Eliete nous apparaît immédiatement comme notre semblable dont le château de carte va inexorablement s’écrouler.

Réservation obligatoire, nombre de places limité en raison des conditions sanitaires

Rencontre débat avec Jean-Michel Longneaux autour de son essai « Finitude, Solitude, Incertitude : une philosophie du deuil »

Vendredi 2 octobre à 19h30

En partenariat avec le GEFCA

Parmi les multiples questionnements que nous impose la période de pandémie que nous traversons ensemble, et à l’occasion de son passage à Lyon, la librairie en partenariat avec le GEFCA vous propose un temps de réflexion avec le philosophe Jean-Michel Longneaux autour de son ouvrage paru en février dernier aux Presses universitaires de France Finitude, Solitude, Incertitude : une philosophie du deuil. Dans la modification profonde de notre rapport à nous-mêmes, aux autres et à l’existence que suppose cette crise sanitaire, la philosophie peut éclairer un processus de deuil nécessaire à la réinvention de nos relations au monde. Il ne s’agit évidemment pas uniquement du deuil comme expérience de la mort physique d’un proche mais de la conséquence de toute expérience marquante ou éprouvante, se traduisant par « un avant et un après » qui nous confrontent aux limites des désirs qui nous habitent.

Complémentaire à l’approche de la psychologie, le docteur en philosophie Jean-Michel Longneaux, chargé de cours à Namur, nous propose de prendre conscience de ce qui constitue notre condition humaine et nous invite à nous approprier cette existence « précaire » dans toute sa complexité et sa richesse.

En présence de Audrey Hénoque, première adjointe au Maire de Lyon.

Rencontre avec Fabio Viscogliosi

Mardi 29 septembre à 19h30

En artiste protéiforme, Fabio Viscogliosi se construit une œuvre musicale, littéraire et picturale dans laquelle tous ses univers se répondent. En janvier 2020, après avoir publié plusieurs recueils de nouvelles ou de réflexions, il nous proposait de raconter dans « Harpo », son premier roman chez Actes Sud, la mésaventure d’un des frères Marx, comiques américains des années 30. Dans cet étrange épisode d’errance qui lui valut un séjour en haute Ardèche et à Lyon à la suite d’un accident qui le priva de mémoire pendant plusieurs mois, Harpo Marx sera recueilli par Deshormes, son bienfaiteur puis par sa sœur. Ce récit apparemment très factuel cherche aussi à sonder quelles conséquences ce presque banal accident aura dans la vie du comédien.

Mais, pour cette soirée de rencontre, nous avons la chance que Fabio Viscogliosi sorte également Cascade, un album aux éditions L’Association. Un travail qui évoque ses œuvres à la peinture acrylique, où se côtoient réflexions métaphysiques, bribes de souvenirs, évocation du cinéma et de la littérature, regroupées sous une même atmosphère colorée.

Avec ces deux ouvrages, l’occasion est parfaite pour explorer l’univers doux et profond de cet artiste complet. C’est pour nous une joie non dissimulée que de rouvrir la voie des soirées de la librairie avec lui.