Rencontre avec André Markowicz

Mercredi 16 février à 19h30

André Markowicz, né à Prague de mère russe et de père français, a travaillé plus de dix ans sur une nouvelle proposition de traduction de l’oeuvre intégrale  de Fedor Dostoïevski toujours publiée chez Actes Sud. Ayant terminé en 2002 avec « Les Frères Karamazov », c’est aujourd’hui sur des oeuvres théâtrales qu’il concentre son travail. Pour les éditions bisontines « Les solitaires intempestifs », il revisite essentiellement Tchekhov et Shakespeare mais ne se refuse pas à d’autres univers.
« Traduire, c’est lire avec les doigts ». Ainsi envisage-t-il son métier. « On ne lit pas simplement l’histoire mais les mots. C’est plus précis. Traduire, c’est tenir à la fois deux lignes, celle de l’emportement et celle du détail et ne pas choisir entre les deux ».
En bâtisseur de pont entre les mots et les époques, André Markowicz transcrit avec passion mais aussi avec humilité les nombreux visages de la littérature.

Publicités