Rencontre avec Marie Didier

Mardi 31 Mai à 19h30

C’est pratiquement une vie qui tient dans les 190 pages du Veilleur infidèle. Une vie racontée sous l’angle de la douleur, la maladie et la perte. Depuis Contre-visite en 1988, Marie Didier est un de ces écrivains -rares- qui sait comment ne pas embellir la vie mais la décrire dans ce qu’elle a de plus questionnant. Pourtant face aux douleurs, elle campe un indéfinissable personnage qu’elle appelle « le veilleur », celui qui tient l’âme en alerte et évite les égarements, qui s’oppose aux bavardages et recentre sur l’essentiel.

Le veilleur infidèle se traverse d’une traite comme un torrent glacé et tumultueux où il est dangereux de s’arrêter en plein milieu. Mais sur l’autre rive, il laisse en nous une marque discrète mais indélébile. La marque du veilleur.

Publicités