Rencontre avec André Markowicz

Mardi 14 février à 19h30

Il y a exactement un an, André Markowicz nous avait offert une lecture éclairée de sa traduction du chef-d’œuvre d’Alexandre Pouchkine  « Eugène Onéguine ». Il revient cette année pour un livre totalement ambitieux intitulé Le Soleil d’Alexandre (chez Actes Sud) au travers duquel il rend hommage aux écrivains de la génération de Pouchkine. Pour la plupart inconnus et jamais traduits en français, ces poètes et écrivains qui faisaient partie de ce que l’on appellera les décembristes,  mourront avant d’avoir passé la cinquantaine, victimes de la violence du régime.

En Russie, depuis deux cents ans, chaque écrivain, chaque courant, chaque époque peut se retrouver dans Pouchkine, car celui-ci est un miroir, le lieu de la reconnaissance de toute personne de langue maternelle russe. André Markowicz propose dans cet ouvrage de découvrir en quoi la conversation que Pouchkine a établie par textes interposés avec les poètes de sa génération a durablement marqué la littérature et la pensée russes jusqu’à nos jours.

Ce sera aussi l’occasion de découvrir dans la collection Babel, sa traduction de La dame de pique ainsi que celle de Mon Pouchkine de Marina Tsvetaïeva

Publicités