Archive pour juin 2013

Rencontre avec Jane Sautière

Mardi 02 juillet à 19h30

DressingTrop rares sont les publications de Jane Sautière, mais à chaque fois, nous sommes au rendez-vous. Au bout de trois, c’est confirmé, il se dégage de ses textes une intensité et une proximité reconnaissables, dont la trace qu’ils nous laissent est inversement proportionnelle au temps qu’il nous aura fallu pour les lire. Fragmentation d’un lieu commun qu’elle nous avait délivré en 2003 évoquait son travail d’éducatrice pénitentiaire et se terminait ainsi : « Le jour où on se réveille malade comme un chien, c’est qu’on est devenu un chien (…) Emmurant les mots vifs et sanglants, le corps refuse d’y aller ». Cinq ans plus tard, Nullipare interrogeait « l’ahurissant mystère de ne pas avoir d’enfant comme on interroge l’ahurissant mystère  d’en avoir ».

Aujourd’hui, c’est un inventaire de vêtements qu’elle propose dans Dressing, et avec lui, l’évocation de nos rapports avec l’habit : intimes, utilitaires, sociologiques, séducteurs… Jane Sautière ne s’intéresse évidemment pas à la mode dans ce qu’elle recèle de « prescriptions dictées par le commerce » et ne prétend pas non plus à l’essai ethnographique du vêtement. Mais en épluchant ses souvenirs, elle convoque les nôtres et rend à la lumière des sentiments qui pourraient paraître futiles. Il y a une chose constante dans les livres de Jane Sautière ; chez elle, la littérature se met à dire ce que la vie n’a pas le temps de dire. Il en résulte à la lecture une envie de partage, de parenthèse, de communion. Dressing n’échappe pas à cette règle et invite à l’échange. Alors, puisque ses livres sont trop rares, profitons de cette soirée pour l’écouter.

Publicités

Rencontre avec Alain-Noël Henri

Mercredi 26 juin à 19h30

C'est pas des blaguesEn quarante ans de carrière, consacrés à la formation, à l’enseignement et à la supervision, Alain-Noël Henri est resté fidèle à l’axiome selon lequel on ne pense qu’à partir de sa pratique. Cette réalité avait d’ailleurs aboutie à une précédente publication sous forme d’entretien en 2009. Dans sa pratique à lui, après une agrégation de philosophie, il s’est rendu compte que l’usage d’histoires drôles, de blagues, avait été un outil métaphorique efficace pour « déplacer les enjeux, rendre, mine de rien le mot d’esprit fécond pour la pensée de ses interlocuteurs». Aussi, reprend-il à son compte la citation de Raymond Devos : « Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter ».

En théorisant la fonction du rire et son effet sur l’auditoire, et en lisant les nombreux écrits sur ce propre de l’Homme, Alain-Noël Henri a pris conscience d’un élément essentiel : son lien à l’angoisse. « Plus précisément, le rire survient au point précis où s’entrevoit la possibilité d’exorciser l’angoisse en en réintégrant la source, simultanément dans l’espace du jeu et de la communauté humaine. »

Ce livre prend le pari de la recension choisie et de(s) l’interprétation(s) de chacune des histoires. Une sorte de bouteille à la mer pour d’inconnus lecteurs qui pourraient intégrer cet outil à leur pratique.

Lecture de trois sermons célèbres par Philippe Forcioli

Jeudi 06 juin à 19h30

SermonIl y a déjà quelques temps que nous pensions proposer aux lecteurs et amis de la Voie aux Chapitres, en plus de nos rencontres, des temps de lecture… Ecouter un texte fait partie des plaisirs de la lecture à condition qu’il soit bien lu ! Et ça, c’est un art finalement assez rare. Philippe Forcioli, poète, compositeur et chanteur s’est adonné à cette discipline de la lecture en public depuis fort longtemps et obtint même le prix de l’académie Charles Cros pour son enregistrement du François d’Assise de Joseph Delteil. Qui a entendu une fois les textes de Delteil par la voix de Forcioli, n’est pas prêt de l’oublier tant son interprétation vous le rend familier, tant l’art de la littérature vous saute immédiatement aux oreilles.

Découvrir un auteur, une œuvre, un univers en écoutant lire, c’est un rendez-vous régulier que Philippe et la librairie voudraient inaugurer avec vous par cette première soirée. Philippe a choisi de lire trois sermons célèbres : Le sermon de Saint-Antoine aux poissons d’Antonio Vieira, auteur portugais du XVIIème siècle, un extrait de Manon des sources de Marcel Pagnol et évidemment un extrait Joseph Delteil tiré de Jésus II .

Vos oreilles sont (at)tendues !