Rencontre avec Sorj Chalandon

Mardi 08 octobre à 19h30

Mise en page 1A l’ouverture de la librairie en 2009, paraissait chez Grasset le quatrième roman de Sorj Chalandon, la légende de nos père. L’histoire d’un journaliste devenu biographe qui se confrontait aux mensonges de l’homme dont il était sensé retranscrire le parcours. Deux ans après, Retour à Killybegs, faisant écho à Mon traitre (2008) posait à nouveau la question de la trahison. Sorj Chalandon, qui fût longtemps envoyé spécial pour Libération, s’était inspiré par deux fois de ses reportages en Irlande du nord pour éprouver les limites de la vérité et par là même celles de la confiance en l’autre.

C’est à nouveau sur la confiance  que repose le projet de Georges,  personnage principal du Quatrième mur. En prenant le relai de son ami Samuel Akounis, hospitalisé, cet ancien militant va tenté une réelle utopie : monter au cœur d’un Beyrouth en guerre et pour une seule représentation la pièce écrite par Jean Anouilh en 1944 : Antigone. Georges ne cherche pas à établir la paix, mais souhaite voler deux heures de temps à la guerre en engageant des comédiens issus de toutes les communautés en conflit.  Sorj Chalandon nous révèle encore une fois à travers ce roman brillant, les notes sensibles et les souvenirs personnels qu’il ramena du Liban en 1983 après avoir couvert en tant que journaliste cette page d’histoire. Il ne s’agit plus du regard du grand reporter mais de celui de l’homme et de l’écrivain.

Publicités