Rencontre avec Sophie Chabanel pour « Le Principe de réalité » aux éditions Plein Jour

Mardi 27 janvier à 19h30

Principe de réalité« Pour les sans-domicile de moins de vingt-cinq ans, il faut s’adresser à La Passerelle. Enfin, sauf pour les femmes avec enfant. Et sauf pour les primo-arrivants. Et pour les familles ça dépend, on peut aussi tenter le pôle Familles. (…) Pour l’hébergement d’urgence, il faut absolument passer par le 115. Malheureusement, ils sont presque injoignables. » Pendant deux ans, Sophie Chabanel a travaillé pour une association d’aide au logement à Lyon, deux ans d’immersion dans un système débordé, où les règles contradictoires et illisibles s’accumulent jusqu’au burlesque. Elle y a rencontré des travailleurs sociaux exemplaires et des bureaucrates las, des gens exaspérés et d’autres exaspérants.
Dans ce carnet de bord qu’elle a rapporté de ses deux ans de vie professionnelle, elle saisit, avec une bienveillance lucide et sans s’interdire l’ironie, des vies entières. Le ton qu’elle donne à ce texte n’est pas sans rappeler celui Jane Sautière et son travail sur la prison. A 45 ans, diplômée d’HEC, Sophie Chabanel quitte un instant le roman pour livrer ce témoignage vif, insolent et intelligent et met en perspective effectivement un certain principe de réalité.
Les éditions Plein Jour, créées à l’automne 2013 par Sibylle Grimbert et Florent Georgesco, ont été conçues à partir d’une idée très simple, qui était d’abord un goût : le goût de la parole, le plaisir d’entendre les gens se raconter, prendre le temps de décrire leur monde avec assez de précision pour que leur récit ne ressemble à rien de ce qu’on a l’habitude d’entendre. Parole pleine, parole unique, hors des sentiers battus, qui rejoint la littérature dans ce qu’elle a de plus singulier, d’inassimilable aux discours convenus.

Publicités