Archive pour octobre 2015

Rencontre avec André Markowicz pour « Ombres de Chine » et « Partages » aux éditions Inculte / La dernière marge

Mardi 10 novembre à 19h30

Ombres de ChineAndré Markowicz est une des personnalités les plus singulières du paysage littéraire de notre époque. D’origine franco-russe, son nom est associé à un projet éditorial ambitieux des années 1990-2000 : une nouvelle traduction complète et exhaustive de l’œuvre de Fedor Dostoïevski pour les éditions Actes Sud. Par la suite, il s’attaque à Shakespeare puis à Alexandre Pouchkine. Dans son précédent livre « Le Soleil d’Alexandre » (2011), il va encore plus loin en exposant les rapports poétiques des décembristes, le cercle de Pouchkine au début du XIXè siècle.

Avec « Ombre de Chine », il travaille sur une période encore plus ancienne et encore plus éloigné de nous : la guerre civile qui ravagea la Chine en 755 et anéantit la moitié de sa population. Le chinois lui étant inconnu, il s’appuie sur les traductions des langues qu’il maîtrise parfaitement (au nombre de cinq) et part en quête de compréhension de cette époque : « Mes PartagesOmbres de Chine sont des synthèses de toutes les traductions que je peux arriver à lire d’un original qui non seulement m’échappe (puisque je ne parle pas le chinois), mais appelle des interprétations complètement contradictoires des différents spécialistes », explique-t-il dans l’essai intitulé Partages qui paraît en même temps qu’Ombres de Chine et qui se lit en miroir. De retour à la librairie pour la troisième fois, André Markowicz vient abolir les frontières de notre appréhension du monde. Du grand ART !

Publicités

Rencontre avec Sylvie Ducas pour « La littérature à quel(s) prix, histoire des prix littéraires

Mercredi 04 novembre à 19h30

Rencontre organisée avec l’ENSSIB

La littérature à quel(s) prixEn France, le début du mois de novembre est marqué par la remise des grands prix littéraires tels le Goncourt ou le Fémina. Cette exception française mal connue s’est diversifiée tout au long du XXe siècle selon une logique liée à une économie de prestige complexe.
Très vite rattrapée par l’économie de marché dans une surproduction déjà avérée, les prix littéraires ont eu des effets à la fois structurants et paradoxaux dans la culture française. Ils régulent un marché et une offre et font perdurer une certaine idée de la littérature tout en fragilisant la singularité de l’écrivain, en obéissant à un protocole dont il ne maîtrise pas les règles.
A travers cette étude qu’elle a menée pendant 17 ans, Sylvie Ducas remet en perspective une histoire de ces prix en montrant comment ils ont transformé le statut social de l’écrivain et ses relations avec son éditeur. En s’emparant d’un protocole rigide et bien français, elle montre aussi comment l’on est passé d’une logique de consécration Sylvie Ducasde l’écrivain à une logique de promotion de la lecture et de gratification du lecteur roi, d’une logique académique à l’apparition de jurys de lecteurs tournant dans laquelle tous les acteurs du livre deviennent légitimes.
Sylvie Ducas est maître de conférences en littérature à l’université Paris-Ouest où elle dirige un master Métiers du Livre.