Rencontre avec Marie Redonnet pour « Trio dans un monde égaré » aux éditions du Tripode

Mercredi 21 février à 19h30

Trio pour un monde égaréNous avions découvert Marie Redonnet l’année dernière avec la publication d’ « Héritières » aux éditions du Tripode, réédition en un seul volume de ses trois premiers romans : Splendid Hotel, Rose Mélie Rose et Forever Valley parus aux éditions de Minuit au milieu des années 80. On y découvrait trois femmes d’une résistance incroyable, en quête d’identité face à la violence du monde, ainsi que l’écriture 
singulière de Marie Redonnet aiguisée comme un scalpel. Pour compléter notre heureuse découverte nous avons pu lire « La femme au colt 45 » publié l’année d’avant ce qui nous a permis de retrouver une femme qui, pour rester libre, doit fuir munie de son arme et toujours cette écriture épurée qui nous avait tant plu. C’est avec un enthousiasme certain que nous recevrons
Marie Redonnet pour nous parler de « Trio pour un monde égaré », son nouveau roman.

Dans ce dernier livre, les thèmes qui jalonnent l’œuvre de Marie Redonnet sont bien Marie Redonnetprésents : les frontières, l’exil, les guerres, l’identité menacée, les dérives totalitaires et la résistance coûte que coûte des individus face à ces dérives pour leur liberté. Le roman croise le récit de deux hommes et une femme (Willy Chow, Douglas Marenko et Tate Combo) qui ont dû changer d’identité et fuir pour survivre mais dont la liberté n’est toujours pas garantie dans ce monde égaré. Les lieux sont décrits avec précision sans que l’on puisse les situer géographiquement, il en va de même pour la datation de ces histoires, tant l’universalité et l’intemporalité de la condition de réfugié et de la résistance aux menaces visant les libertés humaines sont toujours présentes.

Le roman est publié accompagné d’un texte intitulé « Un parcours » dans lequel Marie Redonnet retrace son itinéraire, de son désir d’écriture aux genres qu’elle a pratiqués (romans, poésie, théâtre…), en passant par la mise en lumière médiatique ou la reconnaissance des lecteurs. Mais surtout son envie d’écrire toujours présente, de mieux faire connaître son œuvre et faire entendre sa voix dans la société française. C’est aussi pour ce « parcours » que nous l’avons invitée.

Publicités