Rencontre avec Maïssa Bey pour son roman « Nulle autre voix » aux éditions de Aube

Jeudi 04 octobre à 19h30

Nulle autre voixLa voix de Maïssa Bey s’est fait entendre il y a maintenant plus de vingt ans. A la fois douce mais engagée, elle explore les chemins de la transgression et de l’insubordination. Devenue incontournable dans le paysage littéraire algérien, elle dévoile à chaque nouveau roman un aspect des violences sourdes que subissent les femmes dans la société. « Rupture du silence imposé, désir de se défaire du poids d’une identité elle aussi imposée par toutes sortes de contraintes morales et religieuses, car cela est étroitement imbriqué chez nous » , explique-t-elle.

Trois ans après « Hizya » qui racontait l’enquête d’une jeune femme à chercher Maïssa Bey2la part de compromission dans les histoires d’amour des femmes de son entourage, c’est maintenant une meurtrière, qui, recluse et résignée après quinze années de prison, prend la parole dans «Nulle autre voix ». Revenue dans l’appartement où se sont déroulés « les faits », elle est approchée par une jeune femme, écrivaine qui s’intéresse aux destins des femmes meurtrières. Tout un jeu, mélangeant la défiance et la confidence, se construit alors entre elles. Mais c’est aussi toute la finesse et la nuance d’écriture de Maïssa Bey qui vient servir une nouvelle fois le roman. Nul doute que cette voix singulière et déterminée s’impose, depuis « Cette fille-là » et « Entendez-vous dans les montagnes ? » comme une immense caisse de résonance de la condition féminine.

 

Publicités


%d blogueurs aiment cette page :