Rencontre avec Alfons Cervera pour « Un autre monde » aux éditions La Contre-Allée

Vendredi 05 octobre à 19h30

Une mémoire familiale qui exhume une mémoire collective, et c’est toute l’histoire de l’Espagne qui refait surface à travers « Ces vies-là » (note de l’éditeur)

Un autre monde« Un autre monde » poursuit le cycle romanesque que l’auteur dédie à la mémoire des vaincus en Espagne par le biais de l’histoire de sa famille. En s’adressant au fantôme de son père, il livre le regard d’un fils qui a dû se construire face au silence d’un père républicain, auteur d’actes de résistance, restés mystérieux. Alfons Cervera décide au milieu des années 90 de se consacrer à la mémoire de la guerre et de l’après-guerre civiles espagnoles. Ses textes évoquent les années grises du franquisme jusqu’au années 50, une époque marquée par la culpabilité, la peur, l’oubli. Parallèlement à cette tentative de récupération de la mémoire collective, il s’attache à retrouver les mémoires individuelles qui la constituent en même temps qu’il scrute les faille de la Alfons Cervertransition démocratique espagnole. D’où la parution de romans intimistes, proches de l’autobiographie, comme « Ces vies-là« , « Tant de larmes ont coulé depuis« , ou le dernier en date « Un autre monde« . Alfons Cervera s’adresse frontalement au fantôme de son père, décédé vingt ans auparavant, et dont le mutisme tout au long de sa vie interroge. Il ne parlait pas de son travail, ni des raisons de l’errance familiale de village en village, ni de ses talents reconnus pour le théâtre, ni de cet épisode de résistance, que le hasard mais aussi la ténacité permettront à l’auteur-narrateur de découvrir. En convoquant au fil des pages Faulkner, Lampedusa, Dostoïevski, Kafka et maints autres, « Un autre monde » devient moins une lettre au père qu’un roman sur le silence

Rencontre réalisée avec la complicité de Georges Tyras, traducteur et de l’ENS Lyon.

Publicités