Archive Page 2

Rencontre dédicace avec Yves Pignard et Dominique Simon

Mardi 29 novembre à 19h30


empreintesBasé sur des textes que nous a laissés
Michel Aulas, qui fut longtemps chroniqueur et écrivain, l’histoire du livre Empreintes s’inscrit joyeusement dans le temps. Portés pour la première fois à la scène par Gérard Guillaumat dans une version appelée « Rêverie de deux saisonniers » et présentée au TNP, c’est à Yves Pignard qu’il incombât d’en créer une nouvelle version pour le théâtre des Marronniers en 1986 d’abord puis en 2015 qui aboutit au spectacle « Empreintes » .

spectacle-empreintesComposé de petites histoires drôles et pleines de malices, mystérieuses ou nostalgiques, qui ont toutes pour décor la terre du Beaujolais, cette dernière version théâtrale est doublement illustrée par la composition des paysages sonores de Serge Folie et les illustrations de Dominique Simon. A partir de ces différents matériaux, et accompagnée par les éditions du Poutan, l’équipage de cette aventure en Beaujolais a réalisé un livre afin de se replonger dans ces récits étonnants. La sélection des textes y côtoie les dessins de Dominique Simon que nous avions déjà rencontré pour ses illustrations d’un spectacle seul en scène de Jacques Weber : « Éclats de vie ».

Rencontre avec Nicolas Cavaillès pour « Les huit enfants Schumann » aux éditions du Sonneur

Jeudi 17 novembre à 19h30


les-huit-enfants-schumannIl y eut d’abord «
 Vie de Monsieur Leguat » (Prix Goncourt de la nouvelle en 2014) qui nous fit découvrir un écrivain concis, précis et salué pour avoir su conter en 70 pages, la vie d’exil d’un gentilhomme huguenot après la révocation de l’édit de Nantes. Cette vie d’aventures et d’infortunes témoignait, sous la plume de Cavaillès, d’une grande spiritualité, de mondes inexplorés et d’une grande violence humaine. Puis il y eut « Pourquoi le saut des baleines ?» (Prix Gens de mer 2015), petit traité naturaliste, ludique et passionnant qui s’évertuait à trouver des réponses à un mystère jamais élucidé. Une enquête fascinante aux confins de l’entendement et une formidable contemplation du vivant.

« Les huit enfants Schumann » sorti en mars dernier n’échappe pas ànicolas-cavailles la forme brève dans laquelle, finalement, Nicolas Cavaillès excelle. Presqu’autant de chapitres que de personnages, huit destins singuliers et douloureux sur lesquels plane l’ombre indéfectible des célèbres parents, et, d’une certaine façon la figure d’un absolu artistique. A travers ses portraits réalisés méticuleusement et consacrant à chacun la même égalité de traitement, Nicolas Cavaillès s’interroge sur le prix à payer d’un tel génie et dépeint scrupuleusement le monde et le milieu musical du XIXème siècle. Nicolas Cavaillès est un homme de lettres – en attestent ses travaux sur Cioran -, c’est aussi un romancier érudit et sensible, passeur de savoir et de passion.

Rencontre avec Régis de Sà Moreira pour « Comme dans un film » au Diable Vauvert

Jeudi 10 novembre à 19h30


comme-dans-un-filmRégis de Sá Moreira
est une voix très singulière de la littérature française contemporaine. C’est en suivant son itinéraire de très près, découvrant au passage une véritable perle – « Le libraire » (Diable Vauvert, 2004) qui lui a valu une certaine notoriété -, que l’on s’aperçoit que cet auteur s’épaissit et se complexifie. A la parution de « La Vie », il y a quatre ans, nous avions déjà eu envie de l’interroger sur cet étonnant roman qui changeait de personnage à chaque paragraphe, nous faisant faire un drôle de voyage jusqu’à l’intergalactique. Nous ne pensions pas à cette époque que ce livre-OVNI, n’était en fait qu’une première étape, un virage vers un ton encore plus personnel, une sorte de recherche stylistique et littéraire que « Comme dans un film » vient confirmer.

Cette fois, Régis de Sá Moreira, tente le roman dialogué, comme si les personnages (ici un couple)regis-de-sa-moreira venaient raconter aux lecteurs comment s’est déroulée leur propre histoire, en écho et en se complétant. On les suit sur plusieurs dizaines d’années, dans leur quotidien comme dans les grands questionnements des étapes importantes d’une vie. Des personnages secondaires, connus ou inconnus se mêlent et témoignent de ce parcours de vie. Ce nouveau roman tente en effet d’amener le cinéma dans la littérature dans une forme scénaristique et très humoristique. Un défi largement relevé.

Atelier pour les 6-11 ans avec Julia Woignier

Samedi 05 novembre à 10h00 et à 14h00


la-cle-woignierLe 21 octobre est sorti un très joli album aux éditions
MeMo, il est intitulé « La clé » et met en scène un lièvre, un mulot et un lémurien en quête de découvertes….C’est avec un immense plaisir que nous invitons à la librairie l’auteure de ce bel ouvrage, Julia Woignier, pour un atelier suivi d’une dédicace. Peut-être avez vous croisé cette illustratrice ou ses dessins lors du festival Fanzine Camping en mai dernier ou peut-être connaissez vous ses deux précédents livres également parus aux éditions MeMo :« La ronde des mois » et « La forêt invisible ». Dans tous les cas, nous sommes heureux de vous présenter l’univers pictural si particulier de Julia Woignier, ses couleurs délicates et lumineuses, la nuance de blanc toute en puissance et en mystère, ou encore ses personnages sensibles et aventureux…la-foret-invisible

Cet atelier est destiné aux enfants de 6 à 11 ans, avides de nouvelles explorations de la peinture et
de son support papier. Pour nous présenter
« La clé », Julia Woignier viendra munie d’un petit trousseau imaginaire à partager avec les enfants, pour qui sait, ouvrir les portes de la perception et dévoiler leur animal intérieur…

Deux sessions d’une heure et demie au choix , 8 places par atelier

10h-11h30 atelier suivi d’une séance de dédicace

14h-15h30 atelier suivi d’une séance de dédicace

Gratuit sur réservation au 04 37 70 41 62, contact@lavoieauxchapitres.fr ou à la librairie

Emma la clown en Afghanistan

Jeudi 20 octobre à 20h00


affiche_afghanistanC’est avec une grande émotion que nous avons rencontré, en mars dernier, Meriem Menant, la créatrice de ce personnage fantasque et attachant surnommé Emma la clown. Le prétexte de cette rencontre était de découvrir le parcours de l’artiste et l’envers du personnage à travers la parution d’un livre intitulé « Emma est moi » paru chez Bayard et de donner pour cette fois l’occasion à Meriem de se dévoiler un peu plus. Un petit tour à Avignon cet été et hop, Emma, qui a plus d’une ressource, nous propose de venir jouer à la librairie une petite forme, créée spécialement pour de petits lieux, Emma en Afghanistan. Nous sommes donc particulièrement heureux et honorés de l’accueillir une seconde fois.

Emma en Afgha (comme elle dit) est né à la suite d’une expédition avec l’ONG « Clowns sans frontière » pendant l’été 2003. Une petite troupe de six clowns a joué pour les enfants des rues, les orphelins, les hôpitaux, encadrés par des ONG locales durant 15 jours. Tous les jours, Emma a écrit, a tenu un cahier, un carnet de voyage, et fait des photos avec un appareil jetable.

C’est autour d’une soirée « diapos et pâtisseries » qu’Emma la clown a choisi de nous raconter son voyage. C’est une soirée « entre amis » où Emma raconte ce qu’elle a vu, pas vu, appris, ressenti…

emma-en-afghanistan

« C’est par un choix de diapos parfois décalées, sa maladresse et ses interventions directes auprès des spectateurs qu’Emma trouve l’équilibre comique à ce texte humaniste, chargé d’une certaine gravité. »
Ouest France

Exceptionnellement puisqu’il s’agit un spectacle, l’entrée sera payante au tarif unique de 10€

Merci de réserver vos places : 04.37.70.41.62 ou contact@lavoieauxchapitres.fr

VOIR LE SITE D’EMMA LA CLOWN