Archive Page 2

Rencontre avec Emmanuelle Guattari pour « Rosa Panthère » aux éditions Mercure de France

Jeudi 05 avril à 19h30

Il en va des livres d’Emmanuelle Guattari comme de l’intemporalité en peinture. En cinq romans, son écriture ciselée crée des images, forçant sur des détails, s’affranchissant de la chronologie, mêlant réel et irréel avec une précision d’équilibriste. Est-ce son enfance si singulière, (elle a grandi entre folie, fratrie et philosophie à la clinique de La Borde, co-fondée par son père) qui donne à son écriture une dimension très onirique et un sens absolu de l’observation, des tourments et des questionnements. Il est rare de croiser autant de précision quant au matériau et au format ce qui fait que déjà, de « La petite Borde » en 2012 à « Rosa Panthère » aujourd’hui, on a l’impression de voir se dessiner une œuvre où chaque ouvrage vient éclairer les précédents d’une nouvelle lumière.

Rosa Panthère est un livre onirique et nostalgique qui évoque un amour d’enfance, une admiration fondatrice mais aussi la disparition et le manque qui le sont tout autant. Par la voix de sa narratrice, Emmanuelle Guattari évoque un personnage féerique, James, mi-magicien, mi-dompteur d’oiseaux dont le rapport au monde est insaisissable et poétique et qui a lui-même baptisé la narratrice – devenue danseuse – du nom de Rosa Panthère. Au fil du roman, on se rapproche des racines de cet amour alors que le basculement de James « dans l’autre monde » est de plus en plus mystérieux.

Parce qu’Emmanuelle Guattari nous apporte régulièrement une pièce supplémentaire à la compréhension de son exigeant univers littéraire, une étape de discussion s’imposait. C’est ce parcours en écriture que nous vous invitons à découvrir.

Publicités

19ème Fête du Livre jeunesse de Villeurbanne

Les 24 et 25 mars de 10h00 à 19h00

Comme chaque année, retrouvez-nous à la Fête du Livre jeunesse de Villeurbanne pour une joyeuse épopée, dont la thématique cette année est : « Bienvenue ». Nous avons de nombreux programmes à la librairie !

Ateliers pour enfants et adultes à partir de 9 ans avec Béatrice Coron

Samedi 17 mars à 10h00 et 11h30

Un livre, non, un décor, ou plutôt les décors d’une ville mystérieuse, étrange, bizarre, belle, en un mot, excentrique. Mille choses se passent dans cette ville, le jour se lève, le soleil brille, puis la nuit tombe. Ce n’est pas une seule histoire, mais pléthore d’histoires sans texte que l’on peut raconter en regardant ce livre. Pour plus de magie encore, placez une lampe derrière pour faire ressortir les détails des décors.

Béatrice Coron vit et travaille à New York depuis 30 ans. Elle sculpte, évide le papier pour faire naître des images. Elle raconte des histoires en papier découpé, crée du mobilier urbain ou des éléments décoratifs pour toutes sortes d’établissements publics et autres, et même des robes en papier…

Ce samedi 17 mars, Béatrice Coron vous propose deux ateliers de découpage d’une heure chacun pour des jeunes et des adultes à partir de 9 ans. La réalisation finale reste un mystère même si l’on se doute qu’elle sera magique, à l’image de son savoir-faire.

Réservation indispensable pour les 2 ateliers au 04 37 70 41 62

ou contact@lavoieauxchapitres.fr

de 10h00 à 11h00 ou de 11h30 à 12h30

8 places par atelier

Séance de dédicace à partir de 14h00

32ème Fête du livre de Bron

Bron 2018Du 7 au 11 mars 2018

Le printemps commence toujours par un petit tour à l’hippodrome de Parilly où les auteurs, illustrateurs, artistes sont à l’honneur autant en littérature qu’en sciences humaines et en jeunesse. 2 soirées et 3 jours de fête sans discontinuer pour le bonheur de tous.

Une fois encore nous sommes de la partie : les programmes sont disponibles à la librairie ou bien en cliquant ici.

Au plaisir de vous y croiser !

 

Rencontre avec Marie Redonnet pour « Trio dans un monde égaré » aux éditions du Tripode

Mercredi 21 février à 19h30

Trio pour un monde égaréNous avions découvert Marie Redonnet l’année dernière avec la publication d’ « Héritières » aux éditions du Tripode, réédition en un seul volume de ses trois premiers romans : Splendid Hotel, Rose Mélie Rose et Forever Valley parus aux éditions de Minuit au milieu des années 80. On y découvrait trois femmes d’une résistance incroyable, en quête d’identité face à la violence du monde, ainsi que l’écriture 
singulière de Marie Redonnet aiguisée comme un scalpel. Pour compléter notre heureuse découverte nous avons pu lire « La femme au colt 45 » publié l’année d’avant ce qui nous a permis de retrouver une femme qui, pour rester libre, doit fuir munie de son arme et toujours cette écriture épurée qui nous avait tant plu. C’est avec un enthousiasme certain que nous recevrons
Marie Redonnet pour nous parler de « Trio pour un monde égaré », son nouveau roman.

Dans ce dernier livre, les thèmes qui jalonnent l’œuvre de Marie Redonnet sont bien Marie Redonnetprésents : les frontières, l’exil, les guerres, l’identité menacée, les dérives totalitaires et la résistance coûte que coûte des individus face à ces dérives pour leur liberté. Le roman croise le récit de deux hommes et une femme (Willy Chow, Douglas Marenko et Tate Combo) qui ont dû changer d’identité et fuir pour survivre mais dont la liberté n’est toujours pas garantie dans ce monde égaré. Les lieux sont décrits avec précision sans que l’on puisse les situer géographiquement, il en va de même pour la datation de ces histoires, tant l’universalité et l’intemporalité de la condition de réfugié et de la résistance aux menaces visant les libertés humaines sont toujours présentes.

Le roman est publié accompagné d’un texte intitulé « Un parcours » dans lequel Marie Redonnet retrace son itinéraire, de son désir d’écriture aux genres qu’elle a pratiqués (romans, poésie, théâtre…), en passant par la mise en lumière médiatique ou la reconnaissance des lecteurs. Mais surtout son envie d’écrire toujours présente, de mieux faire connaître son œuvre et faire entendre sa voix dans la société française. C’est aussi pour ce « parcours » que nous l’avons invitée.